Les aérosols purificateur d’air dangereux pour la santé ?

60 millions de consommateur a récemment épinglé les antibactériens, antiacariens ou désodorisants utilisés pour purifier l’atmosphère de nos maisons. Ces produits contiennent en effet des produits irritants les personnes les plus fragiles des voies respiratoires. Détails et utilité de ces produits

Aérosol aux compositions efficaces mais irritantes

Alcools, huiles essentielles et acaricides très souvent utilisés dans ces produits permettent l’efficacité de ces produits contre les acariens, les bactéries ou les virus. Ils diffusent également un parfum agréable. Cependant, ces éléments sont irritants pour les personnes les plus fragiles des voies respiratoires. Les anti-acariens utilisent quant à eux de vrais actifs qui engendreraient chez les femmes enceintes de vraie toxicité. Les désodorisants apportent peu de bénéfices et augmentent les particules respirées et pourraient encombrer des poumons fragiles.

Les personnes les plus fragiles doivent y être sensibilisées

Pas loin d’une personne sur 3 serait asthmatique en France. Ces chiffres sont en grande progression ces dernières années. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les voies respiratoires de ces personnes sont « à vif » et le moindre irritant pourrait déclencher des crises. De même, le nombre de particules en suspension dans l’air augmente de manière significative après pulvérisation de ces sprays.

Efficace si l'utilisation est raisonnée

C’est dans ce contexte que ces sprays doivent être utilisés. Les acaricides seront à utiliser de préférence sans personne dans une pièce traitée qui sera - après le temps nécessaire à l’action du produit- aérée. Les sprays aux huiles essentielles et autres purifiants d’atmosphère ne devront pas être utilisé en présence de nourrissons ou de personnes aux capacités respiratoires limitées. D’une manière générale, après usage de ces dispositifs, actifs ou non, il convient d’aérer les pièces afin de renouveler l’air ambiant et limiter les particules potentiellement nocive de l’environnement.

Dr Xavier MOSNIER-THOUMAS