Semaine Européenne de la Vaccination

La semaine européenne de la vaccination se déroule du 23 au 29 avril 2017. Initié et coordonné par l’OMS, 200 pays dans le monde y participent pour développer la vaccination. L’occasion pour nous, français, champion du monde de la non-vaccination, de revenir sur cette belle avancée médicale et ce que proposent les professionnels de santé, ainsi que les institutions publiques pour développer la couverture vaccinale.

 

La vaccination pour se protéger des maladies

 

La vaccination est l’acte par lequel nous introduisons dans notre coprs un antigène (bactérie ou virus, en entier ou quelques parties) rendu inoffensif afin de nous protéger contre la maladie qu’il pourrait engendrer. Le corps mémorise les défenses spécifiques créées dits anticorps.

Ainsi, lorsque nous serons en contact avec cet agent néfaste, notre corps aura souvenir des défenses à utiliser pour tuer la bactérie ou le virus responsable de la maladie. Ces mémoires durent plus ou moins longtemps, c’est la raison pour laquelle nous faisons des rappels pour réactiver ces défenses.

Il n’existe des vaccins que pour des maladies pour lesquelles la guérison est compliquée, qu’il n’existe pas de traitement pour les guérir. C’est ainsi qu’on se vaccine tous en France contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, ….

 

La vaccination, un acte citoyen

 

En se protégeant par la vaccination, nous protégeons les autres. La personne vaccinée, dite immunisée, ne transmet pas les agents pathogènes transmettant la maladie. Elle agit comme une barrière. C’est ainsi que les organismes de santé recommande un taux de vaccination supérieur à 95% pour éradiquer certaines maladies, contre la rougeole. Même s’il est atteint chez les jeunes enfants en France, il ne l’est pas en Europe et nous voyons quelques cas d’importation récemment.

Dans le cas de la grippe, les institutions de santé cherchent à obtenir un taux de vaccination supérieure à 75% chez les personnes fragiles (femmes enceintes, personnes âgées de plus de 65 ans, diabétique, …). Malheureusement ces taux ne sont pas atteints et chaque année, plusieurs milliers de personnes meurent de la grippe.

 

Les pharmaciens développeront la couverture vaccinale

 

L’état français expérimente la vaccination en pharmacie pendant 3 ans. Le but est de développer la couverture vaccinale de la grippe dans un premier temps, en appui du travail des médecins et des infirmiers. La pharmacie a des atouts à utiliser : présence de personnels compétents, large plage horaire, 4 millions de visiteurs chaque jours dans les 22000 pharmacies françaises.

 2 régions ont été choisies pour le test : Auvergne Rhône-Alpes et Nouvelle Aquitaine. Cette dernière appuiera le carnet de vaccination electronique, disponible gratuitement et validé par un professionnel de santé sur www.mesvaccins.net ; demandez à votre pharmacien de valider les vaccins que vous avez reçus. Vous ne serez plus jamais en retard sur votre vaccination.

 

Pour en savoir plus : www.mesvaccins.nethttp://www.vaccination-info-service.fr/

Dr Xavier MOSNIER-THOUMAS